Noctes Gallicanae

 

CIL 4, 9143, Reg 3 ins 04

Salut aux Pompéiens, où qu'ils soient !


 

SALVE LVCRV

CIL 10, 874

salve lucrum

bonjour le profit.

 

Tablettes des banquiers Jucundus père et fils

 

ob mulum venditum

[PAGINA SECVNDA]

HS N DXX OB MVLVM

VENDITVM [.] POMPONIO

M L NICONI QVAM PEQVNIAM

IN STIPVLATVM [.] CAECILI

FELICIS REDEGISSE DICITVR

M CERRINIVS EVPRATES

EAM PECVNIAM OMNEM

QVAE SVPRA SCRIPTA EST

 

[PAGINA TERTIA]

[.]VMERATAM DIXIT SE

[.]CCEPISSE M CERRINIVS M L

[.]VPHRATES AB PHILADELPHO

CAECILI FELICIS SER /sigillum/

ACTVM POMPEIS V K IVNIAS

DRVSO CAESARE

C NORBANO FLACCO COS

CIL 4, 3340, 1

image002

HS n DXX ob mulum venditum Marco Pomponio, Marci liberto, Niconi. Quam pequniam in stipulatum Lucii Caecilii Felicis redegisse dicitur Marcus Cerrinius Euprates. Eam pecuniam omnem, quae supra scripta est, numeratam dixit se accepisse Marcus Cerrinius, Marci libertus, Euphrates ab Philadelpho, Caecilii Felicis servo. Actum Pompeis, V kalendas Iunias, Druso Caesare Gaio Norbano Flacco consulibus.

 

[vente d’un mulet]

[page 2] 520 sesterces en espèces pour la vente d’un mulet à Marcus Pomponius Nico (N…kwn), affranchi de Marcus Pomponius. / Il est entendu que Marcus Cerrinius Eupratès a obtenu cette somme par stipulation de Lucius Caecilius Félix. La somme totale inscrite ci-dessus, [page 3] Marcus Cerrinius Euphratès, affranchi de Marcus Cerrinius, reconnaît l’avoir reçue comptant des mains de Philadelphus, esclave de Caecilius Félix. [sceau] Fait à Pompéi, le 5 des calendes de juin, sous le consulat de Drusus César et de Gaius Norbanus Flaccus (28 mai 15 ap. J.-C.).

 

Il faut entendre que M Pomponius Nico a emprunté les 520 sesterces (500 € environ) à L Caecilius Félix et que c’est lui qui acquittera en outre les frais relatifs à cette vente puisque le prix du mulet a été intégralement versé (« omnem ») au vendeur.

Le document a vraisemblablement été rédigé par Philadelphus.

 

Le document fait apparaître les deux graphies Euprates et Euphrates : distraction du scribe ou indifférence, les Anciens ne se faisant pas, contrairement à nous (du moins en principe !), une religion de l’orthographe.

L’usage de prononcer et de noter les consonnes grecques aspirées remonte au 1er siècle av. J.-C., mode qui traduit un certain snobisme des classes se voulant cultivées. Le peuple et les ruraux ont longtemps continué à dire et écrire Pilodamus et Pampilus pour Φιλόδαμος et Πάμφιλος. Les deux orthographes se rencontrent dans les inscriptions de Pompéi.

J’imagine que Philadelphus, s’apprêtant à noter ph les φ de son propre nom, a appliqué la même règle au nom de son client Euphrates, à moins que Philadelphus n’ait reproduit à la page 2 la prononciation populaire de son vendeur de mulet !

 

 

image005

Pompéi, maison de Caecilius Jucundus

GENIO L NOSTRI

FELIX L

CIL 10, 860

Au génie protecteur de notre cher maître Lucius, Felix, son affranchi.

Ce socle de marbre portait le buste de bronze de L. Caecilius Iucundus, le banquier, ou peut-être de son père L. Caecilius Felix.

 

ob auctionem

[PAGINA SECVNDA]

HS N <<I>> <<I>> <<I>> I>>

MMM LXXVIIII

QVAE PECVNIA IN STI

PVLATVM L CAECILI

IVCVNDI VENIT

M LVCRE

TI LERI [. .]CEDE

QVINQVAGESIMA MINV[.]

 

[PAGINA TERTIA]

NVMERATA HABERE

SE DIXSIT M LVCRETIVS

LER[.] AB L CAECILIO

IVCVNDO

ACT POMPEIS XI K FEBR

NERONE CAESARE

L ANTISTIO COS

 

[PAGINA QVARTA]

L[.]E[.]I ...

APPVLE[. . .]

LVCRETI [. .]

ATVLLI EV[. . .]

LAELI PR[. . .]

HVMNER

SESTI MAXS

. . .

HS n <<I>> <<I>> <<I>> I>> MMM LXXVIIII. Quae pecunia in stipulatum L Caecilii Iucundi venit ob auctionem M Lucreti Leri, mercede quinquagesima minus. Numerata habere se dixsit M Lucretius Lerus ab L Caecilio Iucundo. Actum Pompeis XI kalendas Februarias, Nerone Caesare L Antistio consulibus. || Laeli ... | Appulei Severi | Lucreti Leri | Atulli Evandri | Laeli Prin... | Humnerotis | Sesti Maxsimi.

CIL 4, 3340 10

[pour une vente aux enchères]

38079 sesterces. Cette somme a été promise par stipulation par Lucius Caecilius Jucundus pour la vente opérée aux enchères de Marcus Lucretius Lerus, moins les frais de 2% (1/50ème). Marcus Lucretius Lerus a affirmé l’avoir touchée comptant de Lucius Caecilius Jucundus. Fait à Pompéi, le 11 des calendes de février (22 janvier), sous le consulat de Néron César et de Lucius Antistius (55). Ont signé : Laelius ... , Appuleius Severus, Lucretius Lerus, Atullius Evander, Laelius Prin..., Humneros, Sestius Maxsimus.

 

Il s’agit de la plus forte somme figurant dans les tablettes de Jucundus (38000 € environ).

 

ob auctionem

PAGINA SECVNDA]

HS N I>> MMM CCCXXVIIS

QVAE PECVNIA IN

STIPVLATVM L CAECILI

IVCVNDI VENIT OB

AVCTIONEM L PAPINI

PROBI IN IDVS FEBRVARIAS

PRIMAS

MERCEDE

MINVS PERSOLVTA

HABERE SE DIXSIT

 

[PAGINA TERTIA]

L PAPINIVS PROBVS

AB L CAECILIO IVCVNDO

ACT POMPEIS ...

NERONE CLAVDIO CAESARE AVG

IMPERATORE L ANTISTIO COS

 

[PAGINA QVARTA]

EPIDI P ...

NERONE ...

CIL 4, 3340 11

HS n I>> MMM CCCXXVIIS. Quae pecunia in stipulatum L Caecilii Iucundi venit ob auctionem L Papinii Probi in Idus Februarias primas. Mercede minus persoluta habere se dixsit L Papinius Probus ab L Caecilio Iucundo. Actum Pompeis, ...Nerone Claudio Caesare Aug Imperatore L Antistio consulibus. | Epidi P ... | || Nerone ...

 

[pour une vente aux enchères]

8327 ½ sesterces (8300 € environ). Cette somme promise par stipulation par Lucius Caecilius Jucundus pour la vente opérée aux enchères de Lucius Papinius Probus jusqu’au jour des prochaines ides de février (13 février). Les frais ayant été déduits, Lucius Papinius Probus a affirmé l’avoir entièrement touchée de Lucius Caecilius Jucundus. Fait à Pompéi, le ..., sous le consulat de Néron Claude César Auguste Imperator et de Lucius Antistius (55). Ont signé : Epidius P... [et 7 ou 8 autres]. [cachet sur la page 5] Sous le consulat de Néro. . .

 

ob pascuam

...

[pagina II]

C CORNELIO MACRO SEX [. . .]

PROCVLO DVVMVIRIS I D

NONIS IANVARIS

PRIVATVS COLONIAE POMPEIANOR

SER SCRIPSI ME ACCEPISSE AB

L CAECILIO IVCVNDO SESTERTIA

DVO MILLIA SESCENTOS

SEPTVAGINTA QVIN[. .]

 

[pagina III]

NVMMOS EX RELIQVIS OB

PASQVAM ANNI MODESTI

ET VIBI SECVNDI II VIR I D

ACT POM

NERONE CAESARE III

M MESSALA CORVINO [COS]

 

[pagina IV]

PRIVATI C C V C S

SEX POMP PROCVL

CN POMPE GAVIANI

P TERENTI PRIM

PRIVAT C C V C S

IB XX

 

[pagina V]

C CORNELIO MACRO SEX POM

PROCV D I D

NONIS IANVAR PRIVATVS COLONOR

POMPEIANOR SER SCRIPSI

ME ACCEPISSE AB L CAECILI

IVCVNDO HS MMDCLXXV EX

RELIQVIS OB PASQVA... ANNI

MODESTI ET VIBI SECVNDI

ACT POM

NERONE CAESARE III

MESSALA CORVINO

 

Gaio Cornelio Macro, Sex Pompeio Proculo duumviris iure dicundo, nonis Ianuaris. Privatus, coloniae Pompeianorum servus scripsi me accepisse ab Lucio Caecilio Iucundo sestertia duo millia sescentos septuaginta quinque nummos ex reliquis ob pasquam anni Modesti et Vibi Secundi II virorum iure dicundo. Actum Pompeis, Nerone Caesare III, Marco Messala Corvino consulibus.

Privati colonorum coloniae Veneriae C servus, Sextii Pompei Proculi, Gnaei Pompei Gaviani, Publii Terentii Primi Privati c c V C s | ib XX

Gaio Cornelio Macro, Sexto Pompeio Proculo duumviris iure dicundo, Nonis Ianuariis. Privatus colonorum Pompeianorum servus scripsi me accepisse ab Lucio Caecilio Iucundo HS MMDCLXXV ex reliquis ob pasqua... anni Modesti et Vibi Secundi. Actum Pompeis, Nerone Caesare III, Messala Corvino consulibus.

CIL 4, 3340, 145

[redevance pour un pâturage]

Sous le duumvirat de Gaius Cornelius Macer et de Sextus Pompeius Proculus, le jour des nones de janvier (5 janvier 58). Moi, Privatus, esclave de la colonie des Pompéiens, j’ai écrit avoir reçu des mains de Lucius Caecilius Jucundus deux mille six cent soixante-quinze sesterces en espèces pour solde de la redevance sur un pâturage pour l’année du duumvirat de Modestus et de Vibius Secundus. Fait à Pompéi, sous le consulat de Néron César pour la 3ème fois et de Marcus Messala Corvinus.

Ont signé : Privatus, e. c. c. V. C., Sextus Pompeius Proculus, Gnaeus Pompeius Gavianus, Publius Terentius Primus, Privatus e. c. c. V. C.

Sous le duumvirat de Gaius Cornelius Macer et de Sextus Pompeius Proculus, le jour des nones de janvier. Moi, Privatus, esclave de la colonie des Pompéiens, j’ai écrit avoir reçu des mains de Lucius Caecilius Jucundus 2675 HS pour solde de la redevance sur un pâturage pour l’année du duumvirat de Modestus et de Vibius Secundus. Fait à Pompéi, sous le consulat de Néron César pour la 3ème fois et de Messala Corvinus.

Contrairement aux précédents, ce document dit « chirographe » a été entièrement rédigé par Privatus.

La mention « IB XX » ne se laisse pas interpréter : peut-être faut-il lire [L]IB(ELLVS) XX, « reçu n°20 » ?

 

 

Prêteurs sur gages

 

Ἐρωτηθεὶς τί ποιῶν ἄνθρωπος τέρπεται, ἔφη « Κερδαίνων ».

A la question « Quelle activité est la plus agréable pour l’homme », il répondit : « Faire de l’argent ».

Bias de Priène (Diogène Laërce, Vies)

 

Pour vous faire une idée de la valeur actuelle des sommes de cette page,

vous pouvez admettre qu’un sesterce valait un euro. Voyez ma page Sesterce, drachme, talent et euro.

 

Fit tum in assem consummatum pretium sestertiorum XXIX milium. Huc accedunt semisses usurarum sestertia tria milia et quadringenti octoginta nummi biennii temporis... (Columelle, III, 3)

« Le prix total dépensé s’élève donc à 29 000 sesterces. S’y ajoutent au taux de 0,5% [par mois] trois mille quatre cent quatre-vingts sesterces pour deux ans... »

Le taux bancaire s’élevait ainsi habituellement selon la façon de calculer des Romains à ½ as par mois pour un denier de 10 as (usura semissium ou semisses usurarum), soit 6% par an.

 

Faustilla

Dans une petite pièce attenante à une boutique (Reg 6 ins 14 n 28) où l’on pratiquait les jeux d’argent, des inscriptions servent de pièces comptables à plusieurs usuriers, parmi lesquels Faustilla qui exerçait aussi son commerce dans d’autres quartiers de la ville. Bien entendu, Faustilla pratique le prêt sur gages :

 

image002

Idibus Iulis

inaures pos(i)tas ad Faustilla(m)

pro X (denariis) II usura(m) deduxit aeris a(ssem)

ex sum(ma?) XXX

CIL 4, 8203, Reg 1 ins 08

Jour des ides de juillet :

boucles d’oreille déposées chez Faustilla

pour 2 deniers ; elle a déduit un intérêt d’un as de bronze :

soit au total 30 as.

Le denier vaut 16 as.

La déduction de deux fois un as pour deux deniers correspond à un taux de 6,25%. On remarque que les intérêts sont payables d’avance et donc déduits du capital prêté.

 

 

image004

IV Non(as) Iul(ias)

paenulam palliolu(m)

[posita ad Fau]stilla(m)

pr[o HS] L usur(is)

[deduxit?] XII s(emissem)

[aeri]s a(sses) VIII

CIL 4, 8204

Le 4 des nones de juillet :

un manteau à capuchon et un petit manteau

déposés chez Faustilla

pour 50 sesterces ; pour les intérêts

elle a déduit 12,5

as de bronze. 8 ( ?)

 

Ici encore, les intérêts s’élèvent au même taux de 6,25% et les intérêts sont toujours payables d’avance.

 

image006

IV idus Feb Vettia

X XX usu(ra) a(sses) XII

Non Febr a Faustilla

X XV usu(ra) a(sses) VIIII

CIL 4, 4528

Le 6 des ides de février (8 février), Vettia

20 deniers, 12 as d’intérêts

Nones de février (5 février), par Faustilla

15 deniers, 9 as d’intérêts

Somene

On connaît la publicité d’un autre usurier, Somené (homme ou femme ?) :

 

Somene dupu(n)dium X L loc(at)

CIL 4, 5123, Reg 9 ins 03 n 19

Somené prête de deux as à 50 deniers.

 

Un client sans doute mécontent a gravé son opinion :

Somene nequ(am)

CIL 4, 8322k, Reg 1 ins 10 n 04

Somené, ordure.

 


 

0chouette accueil.jpg

 

© Alain Canu

 

Si vous voulez m’écrire :

alain.canu02@orange.fr