Noctes Gallicanae

 

Ἀναθηματικὰ ἐπιγράμματα

 

 

Épigrammes votives


 

Λεωνίδου

ἁ μάτηρ ζᾠον τὸν Μίκυθον οἷα πενιχρὰ

  Βάχκῳ δωρεῖται ῥωπικὰ γραψαμένα·

Βάχκε σὺ δ’ ὑψῴης τὸν Μίκυτον· αἱ δὲ τὸ δῶρον

  ῥωπικὸν ἁ λιτὰ ταῦτα φέρει πενία

Léonidas

La mère de Tout-Petit, et elle est bien pauvre,

offre à Bacchus ce portrait sans valeur de son fils.

Bacchus, puisses-tu faire grandir Tout-Petit : si le présent

est sans valeur, c’est la simple pauvreté qui te l’apporte.

Anth. Palat., VI, 355.

 

 

Κριναγόρου

Ἥρη Ἐλυθυιῶν μήτηρ Ἥρη τε τελείη

  καὶ Ζεῦ γινομένοις ξυνὸς ἅπασι πάτηρ

ὠδῖνας νεύσαιτἈντωνίῃ ἵλαοι ἐλθεῖν

  πρηείας μαλακαῖς χερςὶ σὺν Ἠπιόνης

ὄφρα κε γηθήσειε πόσις μήτηρ θἨπιόνης

  νηδὺς οἴκων αἶμα φέρει μεγάλων

Crinagoras

Héra, mère des Ilithyies, Héra déesse du mariage

et Zeus, père commun de tous ceux qui naissent,

accordez en votre bienveillance que viennent à Antonia des couches

sans douleur entre les mains bienfaisantes d’Épione,

afin que se réjouissent son époux, sa mère et sa belle-mère :

son ventre porte le sang de grandes maisons.

Anth. Palat., VI, 244.

Antonia donna naissance en ~15 à Germanicus et en ~10 à Claude.

 

 

Νικίου

Ἀμφαρέτας κρήδεμνα καὶ ὑδατόεσσα καλύπτρα

  Εἱλήθυια τεᾶς κεῖται ῾θπὲρ κεφαλᾶς

ὥς σε μετεὐχωλᾶς ἐκαλέσσατο λευγαλέας οἱ

  κῆρας ἀπὠδίνων τῆλε βαλεῖν λοχίων

Nicias

D’Ampharéta, la coiffe et le fluide voile

Ilithyie, c’est sur ta tête qu’ils se trouvent :

dans ses prières elle t’appela pour que loin d’elle

tu chasses les tristes génies de la mort dans les douleurs de l’accouchement.

Anth. Palat., VI, 270.

 

 

Πλάτωνος

σοβαρὸν γελάσασα καθἙλλάδος τὸν ἐραστῶν

  ἑσμὸν ἐνὶ προθύροις Λαΐς ἔχουσα νέων

τῇ Παφίῃ τὸ κάτοπρον ἐπεὶ τοίη μὲν ὀρᾶσθαι

  οὐκ ἐθέλω οἷη δἦν πάρος οὐ δύναμαι

Platon

Moi qui me riais orgueilleusement de la Grèce, moi qui d’amoureux

en avais un essaim devant ma porte – et des jeunes ! – moi Laïs,

je consacre à Aphrodite, la déesse de Paphos, mon miroir ; car me voir telle que je suis,

je ne le veux pas et telle que je fus jadis je ne le peux pas.

Anth. Palat., VI, 1.

 

 

Λεωνίδου

εὔφημόν τοι σφαῖραν ἐϋκρόταλόν τε Φιλοκλῆς

  Ἑρμειῃ ταύτην πυξινέην πλατάγην

  ἀστραγάλας θαἷς πόλλἐπεμήνατο καὶ τὸν ἑλικτὸν

  ῥόμβον κουροσύνης παίγνιἀνεκρέμασεν

Léonidas de Tarente

Philoclès à Hermès : le ballon qui fit ma renommée, les sonores

castagnettes de buis que voici,

les dés avec lesquels j’ai souvent joué à perdre la raison et ma tournoyante

toupie, les jouets de mon enfance, je les accroche en ton honneur.

Anth. Palat., VI, 309.

 

 

Φιλίππου

ξίφη τὰ πολλῶν κνωδάλων λαιμητόμα

  πυριτρόφους τε ῥιπίδας πορηνέμους

ἠθμόν τε πουλύτρητον ἠδὲ τετράπους

  πυρὸς γέφυραν ἐσχάρην κρεηδόκον

ζωμήρυσιν τε τὴν λίπους ἀφρηλόγον

  ὁμοῦ κρεάγρη τῇ σιδηροδακτύλῳ

βραδυσκελὴς Ἥφαιστε σοὶ Τιμαςίων

  ἔθηκεν ἀκμῆς γυῖον ὠρφανωμένος

Philippe

Des couteaux tranchants qui ont coupé le cou à bien des bêtes,

des soufflets dont le vent attise la flamme,

une passoire à mille trous, un trépied, pont jeté sur le feu,

un gril à poser des viandes, l'écumoire qui soulève le dessus de la graisse,

une fourchette aux doigts de fer,

tout cela, ô dieu boiteux, Vulcain, le cuisinier Timasion

te le consacre, étant, comme toi, privé de l'usage de ses jambes.

Anth. Palat., VI, 101.

image001.jpg

Musée du Louvre

 


 

EP_GR0chouette accueil.jpg

 

Dernière mise à jour: 13/02/2012