Noctes Gallicanae

 

D. Magni Ausonii

 

SENTENTIAE SEPTENIS VERSIBVS EXPLICATA

 

LES SENTENCES DE CHACUN DES SEPT SAGES EXPRIMEES EN SEPT VERS.


J’ai téléchargé sur le site de la Bibliothèque nationale les œuvres d’Ausone, éditées par C. L. F. Panckoucke en 1842. Je reproduis en général le texte du traducteur, E. F. Corpet. J’ai revu ou refait moi-même certaines de ses traductions.


 

BIAS PRIENEVS

Quae nam summa boni ? Mens quaesivi conscia recti.

Pernicies homini quae maxima ? Solus homo alter.

Quis dives? Qui nil cupiat. Quis pauper ? Avarus.

Quae dos matronae pulcherrima ? Vita pudica.

Quae casta est? De qua mentiri fama veretur.

Quod prudentis opus ? Quum possit, nolle nocere.

Quod stulti proprium ? Non posse, et velle nocere.

 

BIAS DE PRIÈNE

Quel est le souverain bien? une conscience pure.

Quel est le plus grand fléau pour l'homme? un autre homme.

Qui est riche? celui qui ne désire rien. Qui est pauvre ? l'avare.

Quelle est la plus belle dot d'une matrone? une vie sans tache.

Quelle est la femme chaste ? celle que l'opinion n'ose même pas soupçonner.

Quel est le fait du sage? de ne vouloir point nuire quand il le peut.

Quel est le propre d'un fou? c'est de vouloir nuire quand il ne le peut pas.

 

PITTACVS MITYLENENSIS

Loqui ignorabit, qui tacere nesciet.

Bono probari malo, quam multis malis.

Demens superbis invidet felicibus.

Demens dolorem ridet infelicium.

Pareto legi, quisque legem sanxeris.

Plures amicos re secunda compara.

Paucos amicos rebus adversis proba.

 

PITTACUS DE MITYLÈNE

Celui-là ne sait point parler, qui ne sait point se taire.

J'aime mieux l'estime d'un seul homme vertueux, que de plusieurs méchants.

C'est folie que d'envier les grandeurs des gens heureux,

c'est folie que de rire de la douleur des malheureux.

Obéis à la loi, toi qui as fait la loi.

Le bonheur attire beaucoup d'amis.

Peu d'amis sont à l'épreuve de l'adversité.

 

CLEOBVLVS LINDIVS

Quanto plus liceat, tum libeat minus,

Fortunae invidiae est immeritus miser.

Felix criminibus nullus erit diu.

Ignoscas aliis multa ; nihil tibi.

Parcit quisque malis, perdere vult bonos.

Majorum meritis gloria non datur:

Turpis saepe datur fama minoribus.

 

CLÉOBULE DE LINDOS

Plus on a de pouvoir, moins on doit en user.

On accuse la fortune des maux qu'on n'a point mérités.

Le bonheur du méchant n'a point de durée.

Passe beaucoup aux autres, rien à toi.

Pardonner aux méchants, c'est vouloir la perte des bons.

On ne fait point honneur à un descendant du mérite de ses ancêtres,

mais on lui fait honte souvent de leur mauvais renom.

Voyez aussi Cléobulina.

 

PERIANDER CORINTHiVS

Nunquam discrepat utile a decoro.

Plus est sollicitus, magis beatus.

Mortem optare malum, timere pejus.

Faxis, ut libeat, quod est necesse.

Multis terribilis , caveto multos.

Si fortuna juvat, caveto tolli.

Si fortuna tonat, caveto mergi.

 

PÉRIANDRE DE CORINTHE

L'utile ne va jamais sans l’honnête.

Plus on est fortuné, plus on a de souci.

Désirer la mort est un mal, la craindre est pis encore.

Fais-toi un plaisir d'accomplir ton devoir.

Si tu es bien redoutable, tu as bien à redouter.

La fortune sourit, ne t'élève pas ;

la fortune gronde, ne te laisse point abattre.

 

SOLON ATHENIENSIS

Dico tunc beatam vitam, quum peracta fata sint.

Par pari jugator conjux : quidquid impar, dissidet.

Non erunt honores unquam fortuiti muneris.

Clam coarguas propinquum, propalam laudaveris.

Pulchrius multo parari, quam creari nobilem.

Certa si decreta sors est, quid cavere proderit ?

Sive sint incerta cuncta , quid timere convenit ?

 

SOLON D’ATHENES

Je juge du bonheur d'un homme quand sa destinée est accomplie.

Il ne faut unir que des époux qui se ressemblent : objets mal assortis ne s'accordent guère.

Les honneurs ne doivent pas être un don du hasard.

Blâme ton parent en secret, fais son éloge ouvertement.

Il est moins glorieux de naître noble que de le devenir.

Si notre sort est fixé, à quoi bon nous mettre en garde ?

ou, si tout est incertain , pourquoi craindre ?

 

CHILO LACEDAEMONIVS

Nolo minor me timeat, despiciatque major.

Vive memor mortis, uti sis memor et salutis,

Tristia cuncta exsuperans aut animo, aut amico.

Tu bene si quid facias, non meminisse fas est.

Quae benefacta accipias, perpetuo memento.

Grata senectus homini, quae parilis juventae.

Illa juventa est gravior, quae similis senectae.

 

CHILON DE LACÉDÉMONE

Je ne veux point que le petit me craigne, ou que le grand me méprise.

Songe à la mort en cette vie, mais songe aussi à conserver tes jours:

que la raison ou l'amitié t'aide à surmonter tous les chagrins.

Si tu fais quelque bien, tu ne dois pas t'en souvenir ;

mais le bienfait que tu reçois, ne l'oublie jamais.

La vieillesse plaît à l'homme si elle ressemble à sa jeunesse ;

mais que la jeunesse lui pèse, si elle ressemble au vieil âge !

 

THALES MILESIVS

Turpe quid ausurus, te sine teste time.

Vita perit, mortis gloria non moritur.

Quod facturus eris, dicere sustuleris.

Crux est, si metuas, vincere quod nequeas.

Quum vere objurgas , sic inimice juvas.

Quum falso laudas, sic et amice noces.

Nil nimium. Satis est : ne sit et hoc nimium.

 

THALES DE MILET

Avant d'oser une mauvaise action, à défaut de témoin redoute ta conscience.

La vie s'éteint, mais la gloire de la mort ne meurt point.

Ce que tu veux faire, abstiens-toi de le dire.

C'est un supplice de craindre ce qu'on ne peut empêcher.

Si tu blâmes avec raison, ton hostilité même est profitable ;

si tu loues mal à propos, ton amitié même est nuisible.

Rien de trop. Arrêtons-nous, et qu'ici même il n'y ait rien de trop.

 


le Jeu des sept Sages

 

Ausone

 

 

oß ¥ptŒ SofoÛ


 

image001